Gerda Müller und Pongo Zimmermann:
Augenblicke, Ideen, Leidenschaften und Löcher im Raum-Zeit-Kontinuum.

Video abspielen

Bernard Dimey

Ich habe ihn vor vielen Jahren in einem Bistrot in der Rue Lepic erlebt - es war le coup de foudre! Er wurde knapp 50 (1931 - 1981), hat viel geschrieben, viel geredet, viel gemalt und sehr viel getrunken. Bekannt und erfolgreich war er nie. Keiner seiner sechs Romane wurde zum Beispiel verlegt. Sein poetisches Vermächnis jedoch ist gross und glücklicherweise zum grössten Teil veröffentlicht.  Mich faszinieren vor allem "Le Testament" und "Le Bestiaire de Paris" - ein Mix Paris populaire et bohème und apokalyptischer Visionen.

- Quand je serai mort on dira du bien de moi
- Ivrogne, c'est un mot que ni les dictionnaires
Ni les intellectuels, ni les gens du gratin
Ne comprendront jamais... C'est un mot de misère
Qui ressemble à de l'or à cinq heures du matin.
Ivrogne... et pourquoi pas ? Je connais cent fois pire,
Ceux qui ne boivent pas, qui baisent par hasard,
Qui sont moches en troupeau et qui n'ont rien à dire.
Venez boire avec moi... On s'ennuiera plus tard.
Ivrogne et pourquoi pas
- Quand on n'a rien à dire et du mal à se taire,
On peut toujours aller gueuler dans un bistrot,
[...]
Quand on n'a rien à dire et du mal à se taire
On arrive au sommet de l'imbécillité.
Quand on n'a rien à dire
- Quand on n'a que son CUL, mais qu'on a la jeunesse,
on a l'île aux Trésors à portée de la main !
- Il ne faudra jamais dire qu'on était heureux
Qu'on avait du talent, qu'on était magnifiques
Que d'un exploit d'huissier on savait faire du feu
Et que du mal d'amour on faisait des musiques

Z.B. bei Amazon

Kommentar hinzufügen